Je ne sais plus écrire et pourtant je n’ai jamais autant dit que j’ëcris. Allez comprendre…

Dans ma tête tournent les phrases, elles s’ordonnent, les mots valsent, s’assemblent, se marient. Cortège sans fin, discours léger ou pesant, ils jouent leur musique, elle est dissonante ou harmonieuse selon que les mots se font durs ou doux. Ils parlent de la joie, ils crient la douleur, sèment les petits bonheurs, et n’oublient pas les grands malheurs. Il y a les peines que j’aimerais soulager, les larmes que je voudrais savoir effacer, l’amie que je voudrais guérir et consoler.

Il y a les petits bonheurs, son sourire, sa peau, notre amour. Il y a nos réveils, ouvrir les yeux et le voir, chaque matin nous redire les mêmes mots et ne jamais s’en lasser. Il y a la tendresse, la passion, tout ce qui nous relie Il y a plus que je ne saurais dire et bien moins que tout ce qui nous reste encore à découvrir.

Il y a les enfants qui grandissent, complices, et l’amour que j’ai pour eux qui grandit en même temps. La fierté de les voir peu à peu devenir de jeunes adultes, avec leurs failles, leurs défauts mais aussi leurs immenses qualités. Les voir commettre des erreurs, les aider à en tirer la leçon.

Il y a nos projets, mais aussi ce qui les entrave.

Du léger et du grave.

La vie va trop vite, ou est ce moi qui ne sais plus l'attraper au vol ? Le temps m'échappe, s'enfuit parfois. 

Bref il y a la vie et je ne suis pas sûre de savoir encore la décrire.