DSCN1021

 

Tout a commencé au printemps dernier. J'avais pris la route tôt le matin pour aller dans l'arrière pays photographier les premiers iris sauvages.

Je n'aimais pas trop conduire sur cette route sinueuse et étroite. Je faisais confiance au GPS pour me guider, connaissant assez mal l'itinéraire à partir de la sortie d'autoroute. 

Après une heure trente de trajet environ, la voix doucereuse du GPS m'invita à m'engager dans une voie forestière à l'entrée de laquelle un panneau "sans issue" était planté. 

Il ne me semblait pas reconnaître les lieux, mais je m'engageais tout de même, curieuse de voir ce qu'il y avait au bout du chemin. Je ne fus pas déçue, sitôt dépassé l'allée ombragée par les arbres, on débouchait sur une espèce de clairière. Le décor semblait hors d'âge, impossible à dater, on n'était ni dans le présent, ni dans le passé, mais dans une sorte d'entre deux. Au milieu de la clairière trônait une maisonnette. De celles que l'on ne rencontre que dans les livres pour enfants. Tout semblait minuscule, mais chaque détail était raffiné en même temps. Devant la maisonnette, un salon de jardin en fer forgé qui aurait aussi bien pu appartenir au siècle dernier, que faire partie de la dernière collection Fermob. 

Justement, sur un des fauteuils aux volutes délicates, une vieille dame était assise. Sur ses genoux, un chat roux était allongé. Ni l'un ni l'autre n'avait réagi à mon arrivée. Ils avaient pourtant bien dû entendre le moteur de ma voiture, même si j'avais roulé au pas. Je descendis donc de mon véhicule et m'approchai dans l'intention de leur demander mon chemin. Toujours aucune réaction, le chat n'avait pas la réaction apeurée habituellement constatée chez les félins, et la grand mère ne bougeait toujours pas. 

M'approchant encore, je remarquai qu'elle ne tournait même pas son regard vers moi, mais elle m'adressa pourtant la parole et me dit bonjour. Je finis par comprendre qu'elle n'y voyait pas du tout. C'était la première fois que je me trouvais en présence d'une personne aveugle. Elle m'invita à m'asseoir et nous nous mîmes à discuter comme si nous nous connaissions depuis toujours. 

Je lui demandai depuis quand elle était privée de la vue et elle me répondit d'une voix que l'émotion brisait que cela ne faisait que quelques mois. Son grand âge expliquait en partie qu'elle ait été touchée par la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age). Elle avait ainsi perdu la vision centrale de l'oeil gauche en premier, et le droit avait suivi quelques semaines plus tard seulement. 

Il n'y avait aucun traitement ou opération possible. Elle s'était maintenant résignée et avec l'aide de ses voisins, ne se débrouillait pas trop mal, elle arrivait à se laver, à se nourrir, bref à continer à vivre de manière plus ou moins autonome dans la petite maison où elle avait toujours habité. 

J'insistai tout de même car je trouvais que son regard, bien qu'aveugle, laissait percer une tristesse infinie. Elle finit par m'avouer que ce qui lui manquait le plus, c'était les mots. Ceux qu'elle dévorait passionnément dans les livres depuis qu'elle avait fait l'apprentissage de la lecture. Les livres avaient été durant des décennies ses meilleurs amis, elle avait à travers eux visité le monde entier, vécu des destinées incroyables, vibré comme jamais. Et à présent, elle était privée de ce plaisir ineffable. 

Sa détresse me toucha profondément, je partageais ce même amour des mots, des livres. Je ne pouvais donc rester insensible et reprendre ma route sans trouver une solution. Je m'engageai à venir lui faire la lecture aussi souvent que mon emploi du temps me le permettrait et pour les moments où je ne pourrai venir, je lui enverrai un appareil à lire les CD et lui adresserai des livres enregistrés. 

A l'énoncé de ces promesses, elle fut transfigurée et son visage sembla rajeunir de vingt ans, éclairé par un sourire si lumineux que j'en fus éblouie. 

Parfois le destin ou les GPS créent de belles rencontres... 

 

 

Ce texte fait partie de nos jeux d'écriture. j'ai suggéré la phrase du début "Tout a commencé au printemps dernier". 
J'attends que mes camarades publient chacun à leur tour pour rajouter les liens ci-dessous. 
Merci à vous de passer sur ce blog lire les mots que j'aime tant... 

 

voici greg tout d'abord http://gregatort.wordpress.com/2013/11/23/bouclez-la/

Et ensuite Emilie tout en douceur et amour http://rienaredire.unblog.fr/2013/11/23/eveil/

Princessepepette aussi a écrit c'est ici : http://www.princessepepette.com/article-tout-a-commence-au-printemps-dernier-121245699.html

Fifi à son tour : http://misstherieuse.blogspot.fr/2013/11/decompte.html

C'est Lactimelle qui cette fois a rendu sa copie :) http://plumechocolat.wordpress.com/2013/11/24/fin-dun-amour/

sans oublier Spicelz http://jesuisaussi.blogspot.fr/2013/11/en-emoi-fictionjeu-decriture.html

Au tour de cinnamon fraise : http://lafraise.eklablog.com/a-maintes-fois-a103366419

et quand @sohankalim rejoint la team jeux d'écriture voici ce que ça donne http://sohankalim.tumblr.com/post/68095937533/la-nimbe-carre